Le Retour des Go-Bots par Tom Scioli

IDW Publishing, Boom ! Studios, Dynamite Entertainment, Valiant, Archie, Oni Press et tout autre éditeur de comic books.
JayWicky
Messages : 9
Inscription : 27 mai 2018 07:57

Message Le Retour des Go-Bots par Tom Scioli par JayWicky » 21 juil. 2018 17:59

Image
C'est beau comme si le Surfer d'Argent avait piqué les lunettes de Mourousi...

Tom Scioli s'est d'abord fait comme l'un des derniers tenants directs de "l'école Kirby", à une époque où ce n'était plus du tout à la mode (un peu comme aujourd'hui). Auteur de The Myth of 8-Opus, dessinateur de Godland, il utilisait le style Kirbyen (dans sa dernière grande période, grosso-modo celle des années 1970) comme une grammaire de base. Puis, après une petite crise de créativité, il a trouvé le moyen de recharger ses accus en se spécialisant dans les comics adaptés de franchises ludiques, comme Transformers vs G.I. Joe chez IDW, et Super Powers, qui paraît en supplément de Cave Carson has a cybernetic Eye chez DC. Super Powers, ça reste dans le giron de Kirby, puisque l'un des derniers travaux du King fut de mettre en images une mini-série basée sur cette ligne de jouets inédite en France (mais dont les personnages, un mix de la Ligue de Justice et des méchants d'Apokolips, sont apparus tardivement dans le D.A. Le Plein de Super).

Aujourd'hui, Scioli continue sur sa lancée, avec toujours le même objectif, à savoir bricoler quelque chose d'intéressant avec une vieille franchise, en conservant ses marqueurs graphiques (c'est-à-dire l'inverse de n'importe quel reboot), mais en poussant les potards au-delà de la simple nostalgie servile.

http://www.idwpublishing.com/go-bots-re ... ok-series/

Pas de date de sortie annoncée pour la nouvelle série Go-Bots, qui célèbrera les 35 ans de la ligne de jouets créée par Bandai et importée aux États-Unis par Tonka. On sait juste que ce sera une série limitée en 5 numéros, et que Scioli y explorera le thème de la dépendance de l'homme envers les machines, un thème d'une actualité brûlante, comme me le fait remarquer le petit salopard de clavier qui pousse en ce moment des soupirs malsains sous mes doigts.

On ne sait pas davantage comment Hasbro, actuel détenteur des droits de la franchise Go-Bots, a pu sécuriser l'usage des visuels de la série, qui sont censés appartenir à son rival Bandai. Jadis, sur l'ancien superpouvoir.com, un gugusse (moi) avait posté une explication tarabiscotée à ce sujet. Si vous êtes sages, je tâcherai de descendre à la cave pour vous la chercher.
Dernière modification par JayWicky le 21 juil. 2018 18:45, modifié 1 fois.

JayWicky
Messages : 9
Inscription : 27 mai 2018 07:57

Message Re: Le Retour des Go-Bots par Tom Scioli par JayWicky » 21 juil. 2018 18:39

Comme promis... FROM THE VAULT... (tonnerre, hennissement au loin, fenêtre qui claque)

D'après la date du fichier, ça remonte au 25/06/2007, 21h37 (v'là la précision), ce qui ne nous rajeunit pas, sauf ceux qui n'étaient pas nés à l'époque.

Je commençais par parler d'un site qui postait des scans de The Eagle, une revue britannique où paraissait une adaptation en comics des Go-Bots au début des années 1980. Et j'enchaînais en expliquant que...
JayWicky en 2007 a écrit :... ces comics ne seront probablement jamais réédités. Hasbro, la firme qui a importé les Transformers dans le monde occidental, y a veillé en rachetant Tonka dans les années 90. Les "Go-Bots", produit hybride mêlant les designs des jouets japonais "Machinerobo" originels (toujours la possession de Bandai) et une mythologie créée par Tonka, sont désormais un objet que plus personne ne peut exploiter. Hasbro a ainsi réussi à bloquer pour toujours le seul concurrent direct que les Transformers aient eu sur le sol américain.

Vous comprendrez peut-être mieux si je traduis ça en langage comics : imaginons un monde parallèle où Lug et Artima soient de puissantes multinationales, et où le marché européen est l'équivalent, au niveau divertissement, du marché américain dans notre monde à nous.

Alors, donc : Lug achète les droits des Avengers et des Fantastic Four, mélange les deux séries en remontant les planches et en faisant redessiner des détails pour faire croire que les FF et les Avengers forment une seule et même équipe, rebaptisée, par exemple, "Les Épatants". Ces "Épatants" deviennent donc une nouvelle entité sur laquelle Lug a des droits. Le succès sur tout le territoire européen est énorme, au point que Marvel contacte Lug et passe un accord avec eux pour importer "Les Épatants" aux États-Unis, en oubliant complètement les continuités des "FF" et des "Avengers"(Lug a eu la bonne idée de faire réaliser les épisodes inédits des "épatants" par des auteurs américains de chez Marvel: création de liens, connivence... au final, obtention d'un nouveau marché, les USA). "Les Épatants" deviennent aussi un énorme succès aux States.

Parallèlement, Artima achète les droits d'adaptation de la "JLA" à DC Comics. Ils changent le titre ("Les Époustouflants"), mais aussi les noms de tous les personnages. Superman devient Forcex, Wonder Woman devient Muscula, Batman devient Sombrator, etc... Artima rajoute également des personnages secondaires (Bob la Bulle, Totor et Momo le Marsouin Malin...) et des véhicules futuristes (la Musculamoto, le Forcexotron, le Sombro-skateboard...) entièrement originaux, qui leur appartiennent à eux et non pas à DC.

Le succès d'Artima est correct, mais assez faiblard face à celui de Lug avec "Les Épatants". Il y a un ou deux pays européens où "Les Époustouflants" sont très populaires, mais ça ne suffit pas. En tout cas, ça ne suffit pas à intéresser suffisamment DC pour importer aux États-Unis la nouvelle mythologie des "Époustouflants" (d'autant plus qu'Artima n'a jamais fait appel à DC pour créer de nouveaux épisodes, et que de ce fait, les "Époustouflants" demeurent totalement inconnus aux États-Unis).

Au bout de quelques années, Artima est dans la dèche la plus totale. Les "Époustouflants" sont considérés par la plupart des fans comme des "Épatants" du pauvre. Mais ils sont quand même les seuls rivaux des "Épatants" sur un marché où les histoires de super-héros sont rares (je vous parle d'un univers parallèle, je vous le rappelle. Dans notre monde, ce sont les histoires de robots transformables doués de conscience qui sont relativement rares). Lug rachète alors Artima, et bloque ainsi la franchise "Époustouflants" pour toujours. Même si les "Époustouflants", comparativement, n'avaient qu'une poignée de fans, ceux-ci seront forcés d'acheter du "Épatants" à la place, parce que leur franchise préférée sera tuée à petit feu par inanition.

Car Lug ne peut même pas utiliser la franchise "Époustouflants": même s'ils possèdent désormais tout ce que Artima a créé autour de la franchise originale américaine (JLA), ils ne peuvent toutefois pas utiliser l'apparence des personnages: quoiqu'on y fasse, Forcex a la gueule de Superman, Muscula la gueule de Wonder Woman, et Sombrator celle de Batman. S'ils bougent une oreille, DC Comics, depuis les États-Unis, ont tout à fait le droit de leur tomber sur le râble, avec procès et tout le toutim.

Mais dans les faits, DC Comics ne peut même pas réagir en investissant le marché européen: ils n'ont de droits que sur la "JLA", un produit que le public européen ne connaît pas. Ils ne peuvent pas utiliser les noms Forcex, Muscula, ou Sombrator, ni les designs créés par Artima, comme Bob la Bulle, Totor, Momo le Marsouin Malin, Musculamoto, Forcexotron, Sombro-skateboard... Tout cela appartient désormais à Lug. Mais ils ont toujours des droits sur l'*apparence* de Superman, Batman, Wonder Woman... Seulement voilà, le public nostalgique Européen ne connait pas ces noms-là, et ne comprendrait pas pourquoi dans leurs aventures made in DC, ils ne feraient plus équipe avec leurs fidèles Bob la Bulle, Totor, Momo le Marsouin Malin, Musculamoto, Forcexotron, et Sombro-skateboard. DC se retrouve avec un produit qu'il ne peut plus exploiter en Europe, mais uniquement aux States.

Voilà. Vous remplacez Marvel par Takara, DC par Bandai, Lug par Hasbro, Artima par Tonka, FF par Diaclone, les Avengers par Microman, "Les Épatants" par Transformers, JLA par Machinerobo, "Les Époustouflants" par Go-Bots, les États-Unis par le Japon, l'Europe par les États-Unis, et vous obtenez grosso-merdo l'histoire des Go-Bots et des Transformers.
Bon. Avec le recul, ça ne me paraît pas très clair.

En tout cas, il semble que IDW et Hasbro se soient assis joyeusement sur d'éventuelles protestations de Bandai, qui continue à être le propriétaire au niveau international du look des Go-Bots. C'est peut-être parce qu'entretemps (en 2016), Bandai a confié la licence de ses "Machine Robo" (le nom Japonais des Go-Bots) à une tierce entité, Action Toys, qui a réalisé et commercialisé de nouveaux jouets (pour collectionneurs adultes) basés sur Leader-1, Cy-Kill, etc. :

https://tformers.com/machine-robo-gobot ... /news.html
https://tformers.com/in-hand-photos-of- ... /news.html

On peut supposer que la franchise, pour Bandai, a atteint un seuil de non-intérêt tel qu'ils sont prêts à accepter toutes sortes de trucs biscornus en coulisses. J'ai aussi entendu dire quelque part qu'ils ont cédé la franchise Power Rangers à Hasbro (pour le territoire US), récemment. Pour Bandai, aujourd'hui, les big brouzoufs doivent se situer ailleurs que dans les robots en plastique, je suppose.

Répondre